Comment le tourisme utilise les médias sociaux visuels

93% des plans de voyages sont influencés par la visite de sites internet. En janvier dernier, le  TripBarometer de Tripadvisor ne faisait que confirmer l’impact du digital sur le secteur du tourisme.  Préparation avant le départ, bagages numériques pendant le séjour, avis et partage après… internet, le mobile et les médias sociaux sont présents à tous les stades du voyage. Actifs sur Facebook, Youtube et sur leurs sites, les grands acteurs du tourisme l’ont compris.

Aujourd’hui, on observe une  montée en puissance des médias sociaux visuels. La percée de Tumblr, la croissance d’Instagram et de Pinterest ou encore l’arrivée de Vine offrent de nouvelles opportunités de conversation, de partage et de viralisation des contenus. Alors que la première activité social médias des voyageurs est de partager leurs photos et vidéos pendant et après les vacances (1) ; alors que l’un des enjeux pour l’hôtellerie, les tours operators est de poursuivre le lien entre le visiteur qui a fait son check-out et un futur client, peu d’acteurs du tourisme investissent ses réseaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pinterest, l’immersion visuelle

Le troisième réseau social le plus populaire aux États-Unis, derrière Facebook et Twitter, est familier des acteurs du tourisme. Il permet une immersion dans l’univers de la marque, dans un esprit d’inspiration, de mise en scène autour de centres d’intérêts. Le voyage fait d’ailleurs partie du top 10 des sujets les plus épinglés. Ses avantages ? Il favorise le SEO, les pages étant indexables sur les moteurs de recherche. Le trafic peut être dirigé vers les pages de vente en ligne de la marque. Les followers sont « interest-based » et non « timeline-based », ce qui favorise l’engagement. Enfin Pinterest a lancé, en mars dernier, son outil de Web Analytics, permettant aux entreprises de pouvoir décrypter l’impact de leur présence. C’est un outil essentiel pour une communication comme celle de Relais&Châteaux dont la difficulté réside dans le fait d’être un label abritant 520 hôtels. La marque l’utilise comme un beau catalogue efficace, permettant de découvrir ses chefs, ses différentes destinations. Avec simplement deux « pins », la mécanique de partage (Your Relais & Châteaux Experience, invitant les internautes à épingler leurs photos) pourrait être mieux exploitée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instagram, un écosystème à maitriser

Avec plus de 40 millions d’utilisateurs, ses instagramers, sa recherche géographique, ce réseau social est un écosystème à lui seul. Ses avantages ?  L’utilisation de hashtags permet de donner de la visibilité, c’est aussi un moyen de fédérer et animer des communautés autour d’une destination (#visiteztoulouse, #seeaustralie, etc…) ou de contenus exclusifs. Les Hôtels Shangri-La, par exemple, ont joué sur le partage de valeurs et de style de vie avec leurs clients en les invitant à envoyer des photos sur le thème de l’amour en utilisant le hashtag #LovingTheMoment. Les utilisateurs peuvent géolocaliser leurs photos et les partager sur Facebook, Twitter, Tumblr, Flickr, Foursquare. Premier réseau social sur le mobile, c’est un outil qui devrait compter pour le secteur du tourisme qui doit miser sur le SoLoMo (SOcial, Local, MObile).

 

Tumblr, une présence sociale spécifique

Le média social qui vaut 1,1 milliard de dollars était, jusqu’à présent, un territoire préempté par l’univers de la mode, des photographes, de l’animation. Ses avantages ? Entre plateforme de blogs et de partage de visuels, c’est un outil d’une extrême simplicité. Les premières synergies avec Yahoo devraient permettre la mise en place de la recherche Yahoo sur Tumblr et la mise en avant de blogs Tumblr sur le portail Yahoo. L’approche, en termes de contenus, est spécifique, ils doivent être proposés dans l’objectif d’une réutilisation et pas simplement comme information. Un blog Tumblr doit être pensé en termes de participation de la communauté, de crowdsourcing. Cela peut être un moyen de communiquer sur un axe particulier ou décalé. Comme l’a fait la RATP quand ses comptes Twitter ont été piratés avec son « hall of fake ». Reste aujourd’hui à observer l’évolution de Tumblr sous la bannière Yahoo.

 

Vine, les micro-métrages

Vine est le nouveau territoire à explorer avec ses vidéos de 6 secondes. Depuis son lancement en début d’année, il est « expérimenté » par quelques marques (La Redoute avec le concours #lespetiteshistoires). Là encore, dans le secteur du tourisme, c’est le Kangourou qui est présent. En 2012, l’Australie était la destination la plus populaire sur Facebook, Google + et Instagram. L’objectif de Tourism Australia pour 2013, est de transformer ses 4 millions de fans et les followers de ses différentes plateformes en ambassadeurs pour en faire la destination la plus citée au monde. Le tout nouveau Vine ne pouvait pas échapper au projet. En période d’expérimentation, de recherche de buzz sur un nouveau réseau social, c’est la créativité qui sera déterminante. Bien sûr, dans le domaine du voyage, YouTube et Facebook sont incontournables et très exploités. Pinterest, Instagram, Tumblr, Vine sont des territoires à expérimenter, à explorer. Extrêmement faciles d’utilisation, ils favorisent le partage notion vitale pour le secteur du tourisme. Leur utilisation nécessite cependant une réflexion sur le positionnement de la marque (qui avec Vine, Instagram ou Tumblr a intérêt à s’exprimer à travers des hashtags de mots-clés), la relation durable qu’elle veut construire avec les utilisateurs et ce qu’elle a à exprimer. Ces réseaux ne pourront pas être de simple relais de contenus.

Valérie Van Oost (@Vvanoost)

(1) Digital Index : Travel and Tourism, Text100, décembre 2012
Lire aussi : Vine, le temps de l’expérimentation